Ressentez le poème Tay Tien de Quang Dung 2023

Ressentez le poème Tay Tien de Quang Dung

Ressentez le poème Tay Tien de Quang Dung

Mission

Commentant la poésie de Quang Dung, il y a des opinions selon lesquelles: “Tay Tien est un fils vigoureux et pompeux de la vie poétique de Quang Dung.” En effet, le poème a laissé une marque sur le parcours du poète en tant qu’écrivain, et en même temps inculqué dans le cœur des lecteurs des impressions particulières d’une époque héroïque de la nation.

Quang Dung était un soldat de l’armée marchant vers la région la plus à l’ouest du pays, comprenant profondément les difficultés et l’héroïsme de la guerre de résistance pour protéger le pays. Au moment de la séparation entre compatriotes et soldats dans le village de Phu Luu Chanh, la poésie de Tay Tien est née, imprégnée de l’amour et de l’affection des gens. De nombreuses épreuves et moments de chaleur et de camaraderie apparaissent dans l’esprit du poète, évoquant des émotions profondes.

Quang Dung s’ouvre sur des vers contenant de la nostalgie et de la nostalgie :

  • « La rivière Ma est loin, Tay Tien !
  • Souviens-toi des montagnes, souviens-toi de jouer avec
  • Sai Khao a couvert l’armée fatiguée
  • Les fleurs de Muong Lat reviennent dans la nuit”

L’image de la rivière Ma apparaît à la fois poétique et lyrique, mais contient également des traits sauvages et féroces. Pas une culture, pas une personne, la première chose qui surgit dans l’esprit du poète est l’image de la rivière du Nord-Ouest comme symbole de tous les sentiments de nostalgie. Issu de cette nostalgie, l’appel : « Oi Tay Tien » ne put être réprimé mais éclata. L’allitération « oh » à la fin de chaque couplet est comme retentissante, prolongeant l’écho de la nostalgie, se répandant dans la largeur de l’espace et dans la durée. Mais plus ça me manque, plus je l’aime, plus la douleur de la réalité est profonde, mais Ma et Northwest sont déjà “loin”. C’est une réalité immuable, que les guerriers Tay Tien quitteront cette terre familière pour retourner à la ville et construire une nouvelle vie. Après ce flot de souvenirs, l’image de la marche ardue et difficile de l’armée Tay Tien. Sai Khao, Muong Lat et Muong Hich sont tous des endroits étranges et nouveaux pour les jeunes Hanoïens. Mais pas à cause des difficultés, pas à cause de la méconnaissance, mais toujours déterminé à se mettre en route pour suivre l’appel de la Patrie. La route de marche semble pleine de défis et de dangers. C’est un voyage pour traverser le brouillard qui recouvre le chemin, c’est escalader des cols et traverser des ruisseaux à travers des terrains dangereux.

  • “Se promener dans un virage raide
  • Le cochon suce l’alcool, le flingue sent le ciel
  • Mille pieds vers le haut, mille pieds vers le bas
  • Dont la maison est Pha Luong qui pleut au loin”

Voir plus : Racontez une fois où j’ai vu le journal de votre ami – Article 3, 9e année, sujet 1 raconte une fois où j’ai fait l’erreur de jeter un coup d’œil dans un journal

La nature du nord-ouest est toujours féroce et dure à chaque pas qui parcourt ici. En particulier, Quang Dung est aussi très subtil lorsqu’il utilise une série de mots figuratifs riches en nuances pour exprimer : “profond, passionné, sinueux” pour évoquer les difficultés du chemin de marche. C’est une haute pente, une montagne droite, un col profond, comme un défi, menaçant la vie humaine. Le propriétaire a besoin d’un peu de négligence et coûte également la vie aux gens. C’est la réalité de la guerre de résistance et aussi la réalité de la guerre insensée.

  • “Mon ami bâclé ne marche plus
  • Tombez sur le pistolet et oubliez la vie!
  • Dans l’après-midi, la cascade majestueuse a rugi
  • Dans la nuit de Muong Hich, les tigres taquinent les gens”

Au cours de ce voyage, il y a eu des moments où les pas ont faibli, se sont fatigués et se sont effondrés. Cela peut être un rare moment de repos pour un soldat après de nombreuses difficultés et épreuves, mais cela peut aussi être un moment de séparation du monde. Ils n’ont pas perdu la vie, mais “ont oublié la vie” – un courage vraiment égal et courageux d’un homme sortant du feu et de la fumée de la guerre. Quang Dung est extrêmement subtil lorsqu’il utilise un euphémisme pour éviter la perte, ils ne voient pas la tristesse et la douleur. Dans le verset, il n’existe que l’aura d’un esprit combatif résilient avec une âme optimiste, aimant la vie, de tout cœur pour le pays, pour la nation. Autour du lieu d’arrêt de l’armée Tay Tien, il y avait toujours des dangers cachés qui rôdaient. C’était les traces du tigre féroce – contenant le roi de la jungle, le rugissement furieux de la cascade. La nature est un ami qui se tient à chaque étape du voyage, mais en même temps, c’est un ennemi dangereux pour les guerriers Tay Tien.

Après la violence du grand millénaire, l’âme poétique de Quang Dung est revenue avec la nostalgie, avec la tendresse et la chaleur de la vie humaine.

Voir plus : Examen pour la 10e année spécialisée en littérature dans la province de Nam Dinh

  • “Souviens-toi, Tay Tien, le riz est en feu
  • Mai Chau est la saison pour sentir le riz gluant”

L’appel « souviens-toi de ma chère » ne résonne plus sérieusement au-dessus, la nostalgie est maintenant tourmentée, s’enroulant profondément dans le cœur du soldat. L’image d’une vie humaine idyllique est apparue pleine d’amour et de chaleur dans l’âme du jeune soldat. La cuisine est simple, la fumée parfumée évoque une vie paisible et heureuse.

  • « La caserne est éclairée de torches et de fleurs
  • Hé, quand as-tu porté ta chemise ?
  • Doux
  • La musique sur Vientiane construit des âmes poétiques »

La lumière de la nuit de la fête des torches fleuries a illuminé l’âme des soldats, se rapprochant des cordes reliant la vie d’étrangers à des camarades et des compatriotes, un appui solide sur le chemin de l’histoire nationale. “Em” ce sont les filles du Nord-Ouest qui arborent des robes à fleurs et dansent des danses traditionnelles qui captivent le cœur des gens. Au milieu de la tension de la guerre de résistance, les soldats étaient encore plongés dans leur optimisme et leur joie de vivre, profitant de l’atmosphère joyeuse de la fête avec les habitants du Nord-Ouest.

  • “Les gens vont à Chau Moc cet après-midi brumeux
  • Voyez-vous l’âme nettoyer le rivage?
  • Te souviens-tu de la figure sur le poteau
  • Flottant dans l’eau, les fleurs se balançant”

L’âme romantique du soldat Tay Tien est ici immergée dans le décor poétique et lyrique. L’image de la nature est apparue dans la triste lumière de l’après-midi avec la rivière, le roseau se balançant dans le vent et la silhouette d’un petit personnage. Debout au milieu de milliers, les gens deviennent petits et solitaires sur un canoë, dérivant tranquillement, évoquant un peu de tristesse. Les paysages de rivières et d’eau évoquent souvent un sentiment d’immense solitude, un peu de mélancolie. C’est une scène triste ou le cœur des gens est rempli de tristesse. “Les gens qui sont tristes ne sont jamais heureux” (Nguyen Du).

Après les moments romantiques, la mélodie du poème ravive immédiatement l’atmosphère tragique et cruelle de la guerre insensée. C’est:

  • “L’armée Tay Tien ne pousse pas les cheveux
  • L’armée verte est féroce et féroce
  • Les yeux fixes envoient des rêves à travers la frontière
  • Rêver de la belle nuit parfumée de Hanoï
  • Éparpillé la frontière de la tombe lointaine
  • Allez sur le champ de bataille sans regretter votre vie verte
  • Un peignoir pour changer une natte, je retourne à la terre
  • La rivière Ma rugit dans une chanson solo.

En entrant sur le champ de bataille, les jeunes hommes de la ville ont dû faire face à d’innombrables difficultés et défis non seulement dans la nature, mais aussi dans la vie quotidienne. La maladie qui faisait rage a rendu les soldats pâles, émaciés et incapables de pousser les cheveux. Quang Dung a compris et mis en poésie la réalité brutale de la guerre de résistance à long terme, nous rappelant le paludisme forestier dans le poème “camarade” de Chinh Huu :

  • “Toi et moi connaissons chaque frisson
  • Frissons, front moite”

Voir plus : Article 3, grade 9, sujet 4 : Raconter la rencontre avec les soldats à l’occasion de la fondation de l’Armée populaire du Vietnam le 22 décembre

Le deuil est poussé à un niveau supérieur lorsque le poète dépeint l’image “d’une robe qui le renvoie à la terre”. Sans perte, sans chute, ce soldat est retourné dans sa patrie après plusieurs jours de combats héroïques. C’est juste un moment pour se reposer et retourner à l’endroit où vous êtes né et avez grandi. Le verset reflète toujours l’optimisme et la croyance en l’avenir du Parti et de la Révolution. L’image de Ma River est à nouveau apparue dans sa férocité et sa férocité. La rivière grondait ou jouait un long chant de louange et d’adieu aux jeunes soldats. Ils ont passé leur jeunesse à préserver la paix et l’indépendance du pays : « Aller au champ de bataille sans regretter une vie verte ». C’est l’esprit de combat héroïque et noble, le grand esprit du soldat de l’oncle Ho.

  • “Les occidentaux vont sans rendez-vous
  • Le chemin vers l’abîme est un embryon divisé
  • Qui est allé à Tay Tien ce printemps-là ?
  • L’âme de Sam Nua ne revient pas.”

Clôturant le poème, Quang Dung dédie des poèmes doux et lents à l’armée Tay Tien et aux compatriotes des régions les plus occidentales du pays. En entrant sur le champ de bataille, personne ne connaît l’avenir, sans rendez-vous pour vous revoir, laissant derrière lui une profonde nostalgie pour ceux qui restent et ceux qui partent. Tay Tien est un jeune, un camarade et l’idéal d’un jeune à la lumière du Parti.

Fort de son expérience, d’une réelle compréhension et d’une excellente plume de réalisme romantique, Quang Dung a recréé sous les yeux des lecteurs l’atmosphère magnanime et intense de l’ère anti-américaine. Le poème a contribué à faire de Quang Dung l’un des visages typiques de l’art vietnamien de 1945-1975.

Trả lời

Email của bạn sẽ không được hiển thị công khai.