Sentez l'extrait dans le stylo "Qui a nommé la rivière" 2023

Sentez l’extrait dans le stylo “Qui a nommé la rivière”

logo UN

Sentez l’extrait dans le stylo “Qui a nommé la rivière”

Exprimez votre ressenti sur la beauté de la Rivière des Parfums à travers l’extrait suivant :

“Il a fallu plusieurs siècles pour que l’amant attendu réveille la belle fille endormie au milieu des champs de Chau Hoa remplis de mauvaises herbes. Mais dès le départ, tout droit sortie des montagnes, la Rivière des Parfums a changé de cours en permanence, encerclant au milieu d’un tournant brusque, se courbant en courbes douces, comme une recherche consciente pour atteindre la ville de sa future ville. Depuis la jonction de Tuan, la rivière des Parfums suit la direction nord-sud à travers le palais Hon Chen ; Lorsqu’il a trébuché sur Ngoc Tran, il s’est tourné vers le nord-ouest, a encerclé le rez-de-chaussée des plages de Nguyet Bieu et de Luong Quan, puis a soudainement tracé un arc très circulaire vers le nord-est, embrassant le pied de la colline de Thien Mu, descendant vers Hue. De Tuan à ici, la rivière des Parfums voyage encore dans les échos de Truong Son, traverse un gouffre profond au pied de la montagne Ngoc Tran pour rendre la couleur de l’eau bleu foncé, et de là elle dérive entre deux collines comme une citadelle ., avec des points culminants soudains comme Vong Canh, Tam Thai, et Luu Bao d’où l’on voit toujours le fleuve doux comme de la soie, avec des bateaux qui montent et descendent aussi petits qu’une navette. Ces collines créent des taches réfléchissantes colorées sur le ciel sud-ouest de la ville, “bleu le matin, jaune l’après-midi, violet l’après-midi” comme le décrivent souvent les habitants de Hue. Au milieu de ce groupe de montagnes, c’est le sommeil millénaire des rois et des oncles scellés au cœur des forêts de pins, et la fierté trouble des mausolées massifs qui envahissent toute la région supérieure.La surface de la montagne est couverte de nuages ​​venteux. – Un morceau de lune antique et l’ombre du pin de Van Nien”. C’est la beauté la plus contemplative de la rivière des Parfums, comme une philosophie, comme un poème ancien, qui perdure jusqu’à ce que son eau calme rencontre les cloches de la pagode Thien Mu qui bourdonnent de l’autre côté, parmi les villages du centre, le son du poulet…”

CONTOUR

INTRODUCTION

Hoang Phu Ngoc Tuong est un écrivain spécialisé dans la plume et les autographes. La caractéristique unique de ses compositions réside dans l’habile combinaison entre qualités intellectuelles et lyriques, entre arguments pointus et pensée multidimensionnelle synthétisée à partir d’une riche connaissance de la philosophie, de la culture, de l’histoire, de la géographie, etc. style d’écriture talentueux. Ses compositions sont associées à l’amour de la patrie, du pays et des gens, en particulier de la culture Hue : La signature au stylo “Qui a nommé la rivière” est la meilleure autobiographie de l’écrivain sur la poétique Hue et la belle Rivière des Parfums. Parmi les lignes poétiques et poétiques sur cette rivière, l’extrait suivant est le plus typique :

Les siècles ont passé, l’amant nostalgique vient […] Parmi les villages du Midland remplis du bruit des poulets…”

II. SUJETS

1. Vue d’ensemble

Panneau “Qui a nommé la rivière ?” écrit à Hue en 1981, imprimé dans un livre du même nom. L’essai comporte trois parties. Citations de manuels de la première partie. Avec ce stylo, l’auteur donne aux lecteurs un sentiment poétique sur la rivière des Parfums qui suit son cours depuis Truong Son jusqu’à ce qu’elle traverse la ville de Hue et descende jusqu’à la mer. La citation ci-dessus est le début d’un extrait de manuel : la beauté de la rivière des Parfums à la périphérie de la ville de Hue.

2.Contenu principal

2.1. Au début de l’extrait se trouve l’image de la Rivière des Parfums traversant le champ de Chau Hoa. Du point de vue de la personnification, l’auteur compare la Rivière des Parfums à une “belle femme”:

La phrase est comme un tapis de soie de mots tissant une belle légende : “Après que plusieurs siècles se soient écoulés, l’amant en attente viendra réveiller la belle endormie au milieu du champ de Chau Hoa plein de fleurs sauvages. L’image est personnifiée, associée de manière intéressante au conte de fées “Princesse endormie dans la forêt”. Les deux mots « rêveur » évoquent l’image d’un beau et charmant sommeil du fleuve, le fleuve est aussi éveillé qu’un rêve, aussi réel qu’un rêve. L’image d’un champ de fleurs sauvages dépeint un espace clair et poétique teinté de contes de fées. Seule une courte phrase de Hoang Phu Ngoc Tuong exhale la beauté pure et innocente de la rivière, de sorte que la plume de l’écrivain peut attirer les lecteurs vers le voyage enchanteur de Huong Giang.

2.2. Du point de vue de la géographie et de la peinture, la Rivière des Parfums apparaît avec un écoulement sinueux ; Du point de vue de la personnification, la Rivière des Parfums est comme “une recherche consciente”.

Cachant son visage au pied de la montagne Kim Phung, “la rivière des Parfums a changé de cours en permanence, tournant au milieu d’un virage soudain, se pliant en courbes douces, comme une recherche consciente”. Comme la phrase est douce et flexible. Après quelques siècles de sommeil au milieu du champ de Chau Hoa, la rivière des Parfums a été réveillée par l’amant attendu, mais réveillé l’amant ne savait pas où aller, alors elle a été déconcertée de le chercher, accidentellement la recherche a fait. la rivière plus belle. Des mots comme “sudden bend”, “bend”, “curve is soft” ainsi que la comparaison “comme une recherche consciente” évoquent des images de rivières douces et féminines, sexy, séduisantes. Cette beauté nous fait aussi penser au “zigzag”, ou “cheveux lyriques” qui descend le fleuve Da sous la plume talentueuse de Nguyen Tuan. Il nous donne plus d’un sens de l’immense beauté naturelle du pays, mais apprécie également la beauté des montagnes et des rivières de notre pays.

Non seulement en s’arrêtant là, en suivant le cours de la rivière, en suivant la courbe douce et gracieuse de la jeune fille Huong Giang, l’écrivain a également découvert : “De la fourche de Tuan, la rivière des Parfums suit la direction nord-sud. Hon Chen électricité ; Lorsqu’il a trébuché sur Ngoc Tran, celui-ci s’est tourné vers le nord-ouest, a encerclé le rez-de-chaussée des plages de Nguyet Bieu et de Luong Quan, puis a soudainement tracé un arc très circulaire vers le nord-est, étreignant le pied de la colline de Thien Mu, descendant vers Hue. La phrase utilisant l’énumération : Hon Chen, Ngoc Tran, Nguyet Bieu, Luong Quan, Thien Mu… donne aux lecteurs les célèbres sites pittoresques de Hue ainsi qu’une connaissance approfondie et une richesse d’écrivain. L’auteur utilise de nombreux verbes indiquant les contours pour nous faire imaginer avec tant d’éclat le débit lyrique du fleuve : “trébuchant – tournant – tournant – dessinant un arc – embrassant – descendant…”. Le système verbal décrivant ce flux fait apparaître la rivière des Parfums réelle, nette et émouvante comme un être vivant et énergique.

Observez de plus près : « De Tuan à ici, la rivière des Parfums voyage encore dans les échos de Truong Son, traversant un abîme profond au pied de la montagne Ngoc Tran pour rendre la couleur de l’eau bleu foncé ». Marcher dans la « résonance », c’est marcher dans la réverbération, dans l’écho des grands milliers de Truong Sons. Même si le flux est sinueux et sinueux, le flux est toujours fort. Les deux mots « dépasser » suggèrent un voyage ardu et ardu ; et la couleur « bleu profond » de l’eau est une digne récompense après ce dur voyage. De sorte que lors du retour vers le Vong Canh, le Tam Thai et le Luu Bao, la rivière était quelque peu restreinte en force. Copyright par Maître Phan Danh Hieu. D’ici, il ne reste que la couleur de l’eau d’un bleu profond, douce. La couleur bleu profond de l’eau se fond dans la silhouette majestueuse de “deux chaînes de collines s’élevant comme une citadelle, avec des points culminants soudains tels que Vong Canh, Tam Thai et Luu Bao”, créant une image que les chansons folkloriques de Hue vantaient autrefois. “Road to Hue est autour – Les montagnes vertes et l’eau sont comme une image”. La couleur de l’eau se fond dans la couleur des montagnes, des collines et la lumière qui brille sur le ciel sud-ouest de la ville est aussi splendide que la fleur éphémère que seule Hue possède : “bleu tôt, jaune midi, violet après-midi”. Cette couleur non mélangée sanglotait aussi dans la poésie de Doan Thach Bien :

Je suis allé à Hue quatre fois

Toujours aussi étrange que la première fois

La rivière des Parfums coule distraitement

Soleil violet empêtré dans le pont

Le passage décrivant le changement de débit de la rivière des Parfums n’a que quatre phrases, quatre phrases interminables avec de beaux mots, créant une belle peinture. Les lecteurs ne peuvent s’empêcher de louer le talent de Hoang Phu Ngoc Tuong, car d’un simple coup de stylo, il a créé une “poésie et peinture” qu’il est rare qu’un auteur écrive sur la rivière des Parfums. Soudain, je me souviens du grand critique littéraire russe Leonid Leonov avec la déclaration : « Il existe deux types communs d’écrivains, le type d’écrivain qui utilise sa plume pour créer des images angulaires, rustiques ; Il y a un type d’écrivain qui se contente d’effleurer la plume, mais l’image artistique est plus vive et plus belle que la scène féerique”. Alors peut-être qu’ici Hoang Phu Ngoc Tuong est le deuxième type d’écrivain – un type d’écrivain qui n’a qu’à agiter un stylo pour tisser un tapis de soie de mots qui orne l’image de l’art.

2.3. L’extrait se termine par deux phrases décrivant la beauté de la Rivière des Parfums comme “contemplative comme la philosophie, comme la poésie antique”.

Lorsqu’elle traverse la zone des mausolées et des temples – le lieu de repos des rois, la rivière des Parfums semble être complètement silencieuse, car elle traverse un “sommeil millénaire de rois et de rois scellés au cœur de forêts de pins solitaires”. “. et la fierté trouble des mausolées massifs répandus dans une région en amont : “Les quatre côtés de la montagne sont couverts de nuages ​​d’érable – Un morceau de l’ancienne lune et l’ombre du conifère de Van Nien”. Des mots tels que « u cyn », « trouble », « tian antique », « permanent » évoquent l’atmosphère ancienne et expliquent aussi en partie la beauté tranquille de la rivière des Parfums.

L’écrivain affirme : « C’est la beauté la plus contemplative de la rivière des Parfums, comme une philosophie, comme un poème ancien, qui dure jusqu’à ce que son eau calme rencontre la cloche de la pagode Thien Mu qui bourdonne de l’autre côté, au milieu de la rivière. Les villages du centre sont remplis du bruit des poulets… ». “Contemplative” est une beauté contemplative, évoquant un sentiment de silence, une posture profonde et profonde, lourde de confidents et de nostalgie du passé. Cette beauté rend le ciel et la terre, les gens se sentent aussi lourds. Copyright par Maître Phan Danh Hieu. Comparée à la « philosophie », la philosophie est expérience, vérité ; La “poésie antique” est une beauté antique, riche en poésie et en peinture. Le fleuve semble converger pleinement avec les empreintes de la philosophie, de la poésie et de la musique. C’est aussi l’ego talentueux de Hoang Phu Ngoc Tuong.

Les deux mots “lisse” évoquent des images d’eau claire, paisible et sans ondulation. Les deux mots “fredonnement” évoquent un son retentissant, enchevêtré, comme s’étendant dans le domaine impermanent. Le mot “béni” placé au milieu des “villages du centre avec le bruit des poulets” suggère un vaste espace d’une beauté idyllique, paisible et tranquille comme amenant le lecteur dans un monde fantastique si vaste que je voulais un début pour obtenir hors de ce sentiment, mais je ne pouvais pas, jusqu’à ce que je sois réveillé par la cloche de la pagode Thien Mu. De l’avis du Dr. Trinh Thu Tuyet disait : “Le néant et la solitude des cloches des temples mêlés à la poésie chaleureuse des poules de la campagne ont conduit le fleuve à dériver entre rêve et réalité, entre religion et vie, comme réel, comme un rêve.” .

3. Évaluer le contenu et l’art

“Qui a nommé la rivière?” est un excellent autographe de Hoang Phu Ngoc Tuong. Ecriture concise et poétique. La caractéristique unique qui rend l’extrait attrayant est l’émotion profonde synthétisée à partir d’une riche compréhension de la culture, de l’histoire, de la géographie et de la littérature avec un style et un talent élégants, introspectifs et sophistiqués.

Le succès de l’extrait en particulier et de la signature “Qui a nommé la rivière” en général est dû à un certain nombre d’éléments artistiques qui ont été habilement et créativement appliqués par Hoang Phu Ngoc Tuong : lumineux, riche, flexible, riche en images, riche en poésie. Utilisant beaucoup de rhétorique comme : comparaison, personnification, métaphore, allitération… Copyright par le professeur Phan Danh Hieu. Le stylo a une merveilleuse association, une riche compréhension des connaissances géographiques, de l’histoire, de la culture et de l’art, et des expériences personnelles. La voix douce mêlée de nostalgie fait que l’essai dégage un sentiment de nostalgie. Tous se sont fondus sous la plume de Hoang Phu Ngoc Tuong et ont déployé des ailes, soutenant cette plume talentueuse pour sublimer l’œuvre.

III. FINIR

(Fais le toi-même)

S’il vous plaît, lors de la copie et de la publication sur d’autres pages, veuillez mettre la source comme suit: Articles de M. Phan Danh Hieu

logo UN

Trả lời

Email của bạn sẽ không được hiển thị công khai.